<<< Sourate précédente Revenir à l'index Sourate suivante >>>

9. Sourate du Repentir (At-Tawba)

[1] Voici un avis de rupture de la part de Dieu et de Son Prophète à l’adresse des idolâtres auxquels vous êtes liés par un pacte : [2] «Pendant quatre mois encore vous pourrez circuler dans le pays ; mais sachez que vous ne saurez jamais réduire Dieu à l’impuissance et que Dieu couvrira d’ignominie les négateurs.» [3] Et il sera proclamé, d’ordre de Dieu et de Son Prophète, à l’adresse des hommes, le jour du grand pèlerinage, que Dieu et Son Messager sont déliés de tout engagement vis-à-vis des polythéistes : «Si vous vous repentez, cela vaudra mieux pour vous ; mais si vous vous obstinez dans votre impiété, sachez que vous ne saurez jamais réduire Dieu à l’impuissance !» Annonce donc un châtiment douloureux aux incrédules, [4] à l’exception des polythéistes avec lesquels vous avez conclu un pacte qu’ils ont toujours respecté, sans jamais soutenir un mouvement dirigé contre vous. Exécutez fidèlement les clauses de l’engagement qui vous lie à ces gens-là jusqu’à l’expiration du terme fixé, car Dieu aime les gens de bonne foi. [5] À l’expiration des mois sacrés, tuez les polythéistes partout où vous les trouverez ! Capturez-les ! Assiégez-les ! Dressez-leur des embuscades ! S’ils se repentent, s’ils accomplissent la salât, s’ils s’acquittent de la zakât, laissez-les en paix, car Dieu est Clément et Miséricordieux. [6] Si un idolâtre te demande asile, accorde-le-lui afin qu’il puisse entendre la Parole du Seigneur. Puis fais-le parvenir en lieu sûr, car les idolâtres sont des gens qui vivent dans l’ignorance.
[7] Comment pourrait-il y avoir un pacte liant Dieu et Son Prophète aux idolâtres, excepté celui que vous aviez conclu avec certains d’entre eux auprès de la Mosquée sacrée? Soyez donc loyaux avec ceux-ci tant qu’ils le seront avec vous. Dieu aime ceux qui sont de bonne foi. [8] Comment admettre que, quand ils sont les plus forts, ils ne tiennent compte à votre égard ni des liens du sang ni de la foi jurée? Ils ne cherchent qu’à vous plaire par de belles paroles sans que leurs cœurs y adhèrent, car ils sont pour la plupart des scélérats [9] qui troquent à vil prix les enseignements de Dieu et se dressent en obstacle sur Sa Voie, dans une attitude des plus exécrables, [10] sans jamais respecter à l’égard d’un croyant ni les liens du sang ni la parole donnée. Ils agissent toujours en véritables transgresseurs. [11] S’ils se repentent, s’ils accomplissent la salât, s’ils s’acquittent de la zakât, ils deviendront vos frères en religion. Nous détaillons ainsi les versets pour ceux qui peuvent les comprendre. [12] Mais s’ils violent leurs serments, après avoir conclu un pacte avec vous, et s’attaquent à votre religion, alors combattez les meneurs de la dénégation, qui n’ont aucun sens de la loyauté. Peut-être mettront-ils fin à leur hostilité? [13] Comment ne pas combattre des gens qui ont violé leurs serments et qui ont cherché à expulser le Prophète? N’est-ce pas eux qui ont déclenché les hostilités? Les craignez-vous? Mais c’est Dieu que vous devez craindre si vous êtes des croyants !
[14] Combattez-les donc ! Dieu les châtiera par vos mains et les couvrira d’ignominie. Il vous donnera la victoire sur eux, apaisera les cœurs des croyants, [15] en bannira la rancœur et accueillera le repentir de qui Il veut, car Il est Omniscient et Sage. [16] Pensez-vous que vous serez laissés à l’abandon, que Dieu ne connaît pas ceux d’entre vous qui combattent pour Sa Cause et qui ne cherchent d’autre alliance que celle de Dieu, de Son Prophète et des croyants? Dieu est parfaitement Instruit de ce que vous faites. [17] Il n’appartient pas aux païens de fréquenter les mosquées de Dieu, quand ils sont eux-mêmes les témoins à charge de leur propre dénégation, car les œuvres de ces gens-là sont vaines et c’est le Feu qui constituera leur demeure éternelle. [18] Seuls ont le droit de fréquenter les mosquées de Dieu ceux qui croient en Dieu et au Jugement dernier, qui accomplissent la salât, s’acquittent de la zakât et ne redoutent que le Seigneur. Ceux-là ont toutes les chances d’obtenir leur salut.
[19] Comment pouvez-vous assimiler celui qui est chargé de distribuer l’eau aux pèlerins ou d’entretenir la Mosquée sacrée à celui qui croit en Dieu, au Jugement dernier et qui combat pour la Cause de Dieu? Non, ils ne sont pas égaux devant Dieu, et Dieu ne guide point les injustes. [20] Ceux qui ont cru, qui ont émigré et qui ont combattu au service de Dieu, par leurs biens et leurs personnes, ceux-là occuperont auprès de Lui un très haut rang, et ce sont ceux-là qui seront les victorieux.
[21] Leur Seigneur leur annonce, à titre d’heureuse nouvelle, miséricorde et agrément, ainsi que des Jardins où ils jouiront d’un délice permanent, [22] et où ils séjourneront éternellement, car Dieu dispose de récompenses sans limites !
[23] Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas pour confidents vos pères et vos frères s’ils préfèrent l’impiété à la foi. Ceux d’entre vous qui en feraient des confidents seraient eux les injustes.
[24] Dis : «Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos conjoints, vos proches, les biens que vous avez acquis, le commerce dont vous redoutez le déclin, les demeures où vous vous prélassez, vous sont plus chers que Dieu, Son Prophète et la lutte pour Sa Cause, alors attendez que vienne s’instaurer l’Ordre du Seigneur ! Car Dieu ne guide pas les gens pervers.»
[25] Dieu vous a déjà assistés en maints endroits, notamment lors de la bataille de Hunayn où, abusés par votre grand nombre qui ne vous a servi à rien, vous n’avez pas tardé à sentir que la terre, pourtant si vaste, était devenue trop étroite et vous avez tourné le dos en fuyant. [26] C’est alors que Dieu apaisa Son Envoyé et les croyants en faisant descendre Sa quiétude, ainsi que des armées invisibles. Il châtia les négateurs et telle a été leur rétribution.
[27] Après quoi, Dieu accueillera le repentir de qui Il voudra, car Dieu est Clément et Compatissant.
[28] Ô vous qui croyez ! Les païens sont une véritable souillure. Interdisez-leur donc, à l’expiration de cette année, l’accès à la Mosquée sacrée ! Si vous craignez un manque à gagner, Dieu y pourvoira par Sa grâce, s’Il veut, car Il est Omniscient et Sage. [29] Combattez ceux qui ne croient ni en Dieu ni au Jour dernier ; ceux qui ne s’interdisent pas ce que Dieu et Son Prophète ont déclaré interdit ; ceux qui, parmi les gens d’Écriture, ne pratiquent pas la vraie religion. Combattez-les jusqu’à ce qu’ils versent directement la capitation en toute humilité ! [30] Les juifs disent : «Uzayr est fils de Dieu !» et les chrétiens disent : «Le Messie est fils de Dieu !» Telles sont les paroles qui sortent de leurs bouches, répétant ainsi ce que les négateurs disaient avant eux. Puisse Dieu les maudire pour s’être ainsi écartés de la Vérité ! [31] Ils ont élevé au rang de divinités en dehors de Dieu leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Messie, fils de Marie, alors qu’ils avaient reçu ordre de n’adorer que Dieu l’Unique, en dehors duquel il n’y a point de divinité. Gloire à Lui ! Il est infiniment au-dessus de ce qu’ils prétendent Lui associer.
[32] Ils veulent par leurs mensonges éteindre la Lumière de Dieu, mais Dieu tient à parachever Sa Lumière, n’en déplaise aux négateurs ! [33] C’est Lui qui a envoyé Son Prophète, avec la bonne direction et la religion de la Vérité, pour la faire prévaloir sur toute autre religion, n’en déplaise aux idolâtres !
[34] Ô vous qui croyez ! Un grand nombre de rabbins et de moines dévorent d’une manière illégale les biens de leurs semblables et les écartent de la Voie de Dieu. Annonce à ceux qui thésaurisent or et argent, au lieu de les consacrer à la Cause de Dieu, un châtiment douloureux, [35] le jour où ces métaux seront portés à l’incandescence dans le feu de la Géhenne et appliqués sur leurs fronts, leurs flancs et leurs dos : «Voici, leur sera-t-il dit, ce que vous thésaurisiez pour vous-mêmes ! Savourez donc ce que vous avez thésaurisé !»
[36] En vérité, le nombre des mois est de douze, auprès de Dieu, ainsi que c’est écrit dans Son Livre depuis le jour où Il a créé les Cieux et la Terre. Quatre de ces mois sont sacrés. Telle est la religion dans sa rectitude. Évitez donc durant cette période de vous faire du tort à vous-mêmes. Liguez-vous pour combattre les païens, comme ils se liguent contre vous ! Sachez que Dieu est avec ceux qui Le craignent.
[37] Le report d’un mois sacré à une autre date n’est qu’un surcroît d’impiété et ne contribue qu’à égarer davantage les négateurs. Ils le déclarent profane une année, puis l’année suivante ils le déclarent sacré, prétextant qu’ils veulent être en accord avec le nombre de mois que Dieu déclare sacrés. Ils ne se rendent pas compte qu’ils déclarent licite ce que Dieu a interdit ! Et c’est ainsi que leurs méfaits leur apparaissent pleins d’attraits ; mais Dieu ne guide point les négateurs !
[38] Ô vous qui croyez ! Qu’avez-vous à rester cloués au sol, lorsqu’on vous dit : «Allez combattre pour la Cause de Dieu?» Préférez-vous la vie présente à la vie future? Mais les plaisirs de cette vie ne sont-ils pas bien peu de chose, comparés à la vie future? [39] Si vous refusez d’aller au combat, Dieu sévira durement contre vous et choisira un autre peuple pour Le servir, sans que vous puissiez Lui nuire en quoi que ce soit, car Sa puissance n’a point de limite. [40] Si vous ne voulez pas prêter assistance au Prophète, Dieu lui a déjà prêté la Sienne lorsque, chassé par les négateurs et se trouvant dans la grotte avec son seul compagnon, il disait à celui-ci : «Ne t’afflige pas ! Dieu est avec nous.» Dieu étendit alors sur lui Sa sérénité, envoya à son secours des troupes invisibles, faisant ainsi échec aux négateurs et assurant le triomphe de la Parole divine, car Dieu est Puissant et Sage.
[41] Courez au combat, légèrement ou lourdement équipés ! Mettez vos biens et vos personnes au service de Dieu ! Cela sera toujours dans votre propre intérêt, si vous pouviez le savoir ! [42] S’il s’était agi d’un butin facile ou d’une expédition sans risque, ils t’auraient facilement suivi. Mais, cette fois-ci, le parcours leur paraît bien long. Aussi ne manquent-ils pas de jurer en disant : «Si nous le pouvions, nous partirions volontiers avec vous !», s’exposant ainsi à leur propre perte, car Dieu sait bien qu’ils mentent. [43] Que Dieu te pardonne ! Pourquoi les as-tu dispensés d’aller au combat avant de reconnaître ceux qui avaient une excuse valable et ceux qui ne faisaient que mentir? [44] Certes, ceux qui croient en Dieu et au Jour dernier ne viendront jamais te demander de dispense quand il s’agit d’aller combattre pour la Cause de Dieu avec leurs biens et leurs personnes. Dieu connaît toujours les véritables croyants. [45] En effet, ne viendront te demander cette dispense que ceux qui ne croient pas en Dieu et au Jour dernier, et dont les cœurs, pleins de scepticisme, ne font que vaciller d’incertitude.
[46] S’ils avaient réellement voulu partir au combat, ils s’y seraient préparés. Mais Dieu les en jugea indignes et les rendit apathiques et indolents. Aussi s’entendirent-ils dire : «Restez donc avec les invalides et les impotents !» [47] D’ailleurs, s’ils étaient sortis avec vous, ils n’auraient fait qu’ajouter à votre trouble et que semer, par leurs manœuvres, la discorde dans vos rangs, d’autant plus qu’il y a parmi vous des gens disposés à écouter tout ce qu’ils disent. Dieu connaît bien les comploteurs.
[48] Ils ont déjà, auparavant, cherché à semer la discorde entre vous et à contrarier tes projets par leurs intrigues jusqu’au jour où la Vérité se manifesta et où l’ordre de Dieu fut instauré, en dépit de leur hostilité. [49] Tel d’entre eux vient te dire : «Dispense-moi de la guerre ! Ne m’expose pas à la tentation !» Mais cette tentation, n’y sont-ils pas déjà tombés? En vérité, la Géhenne cerne les négateurs de toutes parts. [50] Obtiens-tu un succès? Ils en éprouvent du dépit ; mais si tu subis un revers, ils s’écrient : «Heureusement que nous avions pris d’avance nos précautions !» Et ils se retirent pleins de joie.
[51] Dis-leur : «Rien ne nous atteindra, en dehors de ce que Dieu nous a déjà prescrit. Il est notre Maître ! Et c’est en Lui que les croyants doivent mettre leur confiance !» [52] Dis-leur : «En ce qui nous concerne, vous ne pouvez vous attendre qu’à l’une des deux éventualités également agréables la victoire ou le martyre, alors que ce que nous attendons pour vous, c’est que Dieu vous inflige un châtiment directement ou par notre intermédiaire. Attendez donc ! Et nous sommes là à attendre à notre tour !» [53] Dis-leur enfin : «Faites des aumônes de votre propre gré ou à contre-cœur, jamais elles ne seront agréées, venant de vous, car vous êtes des gens pervers.» [54] Ce qui empêche leurs aumônes d’être agréées, c’est qu’ils ne croient pas en Dieu et en Son Prophète ; c’est qu’ils ne se rendent qu’avec nonchalance à la salât et ne font l’aumône qu’à contre-cœur.
[55] Que leurs richesses et le nombre de leurs enfants ne t’émerveillent guère ! Dieu ne les leur accorde que pour les faire souffrir ici-bas et les voir rendre péniblement l’âme en négateurs. [56] Ils jurent par Dieu qu’ils sont vraiment des vôtres, alors qu’ils sont loin de l’être. En réalité, seule la peur les pousse à agir de la sorte, [57] et s’ils trouvaient un abri, une caverne ou un souterrain, ils s’y précipiteraient à toutes jambes pour s’y camoufler.
[58] Il en est parmi eux qui te critiquent au sujet de la répartition des aumônes. Si on leur en donne une part, ils sont satisfaits ; mais ils se fâchent, s’ils n’en reçoivent rien. [59] Que n’acceptent-ils de bon cœur ce que Dieu et Son Prophète leur dispensent et disent : «Dieu nous suffit ! Dieu saura nous accorder quelque faveur ainsi que Son Prophète ! C’est en Dieu que nous mettons tous nos espoirs.»
[60] Les aumônes sont destinées aux pauvres, aux nécessiteux, à ceux qui sont chargés de recueillir ces dons et de les répartir, à ceux dont les cœurs sont à gagner, au rachat des captifs, aux endettés insolvables, à ceux qui se consacrent à la cause de Dieu et aux voyageurs démunis. C’est là un arrêt de Dieu, et Dieu est Omniscient et Sage.
[61] Et il en est parmi eux qui critiquent le Prophète en disant : «Il écoute tout ce qu’on lui raconte !» Réponds-leur : «Il est, en effet, tout oreilles, mais pour votre bien. Il croit en Dieu et fait confiance aux croyants ; il est une miséricorde pour ceux d’entre vous qui ont la foi. Mais à ceux qui lui causent du tort est réservé un terrible châtiment.»
[62] Ils jurent par Dieu devant vous pour avoir votre agrément, alors que c’est Dieu et Son Prophète qu’ils auraient dû chercher à satisfaire, s’ils étaient de vrais croyants. [63] Ne savent-ils donc pas que quiconque s’oppose à Dieu et à Son Prophète est voué au feu de la Géhenne, pour un séjour éternel? Et ce sera pour lui le comble de l’opprobre ! [64] Les hypocrites redoutent qu’une sourate ne vienne dévoiler ce que recèlent leurs cœurs. Dis-leur : «Libre à vous de vous moquer ! Dieu étalera au grand jour ce que vous redoutiez tant de divulguer !» [65] Si tu les interroges, ils te répondront certainement : «Nous ne faisions que badiner et plaisanter !» Dis-leur : «Ainsi, vous vous moquiez de Dieu, de Ses versets et de Son Prophète? [66] Ne vous excusez pas ! Vous avez bel et bien renié la foi après avoir cru. Si Nous pardonnons à certains d’entre vous, les autres seront châtiés en tant que criminels.»
[67] Les hypocrites, qu’ils soient hommes ou femmes, sont tous du même acabit. Ils incitent à la pratique du mal, déconseillent la pratique du bien et ferment leurs mains pour ne rien donner. Ils ont ainsi oublié Dieu et Dieu les a oubliés. En vérité, les hypocrites sont des pervers. [68] Dieu a promis aux hypocrites, hommes et femmes, ainsi qu’aux infidèles, le feu de la Géhenne, pour l’éternité. Et c’est là leur juste châtiment. C’est ainsi que, maudits de Dieu, ils auront un supplice permanent.
[69] Il en fut de même de ceux qui vous ont précédés et qui pourtant étaient plus forts que vous, plus riches et avaient plus d’enfants. Ils ont eu leur part de jouissance en ce monde et vous jouissez aujourd’hui de la vôtre, comme vos prédécesseurs ont joui de la leur. Vous discutez des mêmes questions vaines dont ils discutaient. Les œuvres de ces gens-là seront réduites à néant dans cette vie et dans l’autre. Et ce sont eux qui sont les véritables perdants !
[70] L’histoire de ceux qui vécurent avant eux ne leur est-elle pas parvenue? Celle des peuples de Noé, des Âd, des Thamûd, d’Abraham, des Madyan et des villes ensevelies? À tous ces peuples, Dieu a envoyé des messagers avec des preuves à l’appui. Ce n’est donc pas Dieu qui les a lésés ; mais ce sont eux qui ont été à l’origine de leur perte.
[71] Les croyants et les croyantes sont solidaires les uns des autres. Ils incitent à la pratique du bien, déconseillent la pratique du mal, accomplissent la salât, s’acquittent de la zakât et obéissent à Dieu et à Son Prophète. À ceux-là, Dieu fera miséricorde, car Il est Omnipotent et Sage. [72] Dieu a promis aux croyants et aux croyantes des Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux, pour l’éternité, ainsi que de magnifiques demeures situées dans les jardins d’Éden. Et leur satisfaction d’avoir été agréés par le Seigneur sera bien plus grande encore, et c’est là, pour eux, le suprême bonheur !
[73] Ô Prophète ! Combats les négateurs et les hypocrites, et traite-les avec rigueur. Leur dernier refuge sera la Géhenne, cette détestable demeure. [74] Ils jurent par Dieu qu’ils n’ont dit aucun mal, et pourtant ils ont bien proféré des paroles impies et renié la foi musulmane, après l’avoir embrassée. Ils ont ourdi un complot qu’ils n’ont pu réaliser. D’ailleurs, de quoi pouvaient-ils se plaindre, sinon d’avoir été comblés de faveurs par Dieu et Son Prophète? S’ils se repentent, cela ne peut être qu’à leur avantage ; mais s’ils persistent dans leur erreur, Dieu leur infligera de terribles châtiments, aussi bien en ce monde que dans la vie future ; et ils ne trouveront, sur Terre, ni allié ni défenseur.
[75] Il en est parmi eux qui se sont engagés vis-à-vis de Dieu en disant : «S’Il nous gratifie de Ses largesses, nous ferons de larges aumônes zakât et nous serons du nombre des vertueux !» [76] Mais lorsque Dieu les combla de Ses dons, ils s’en montrèrent avares et tournèrent le dos en oubliant leurs promesses. [77] Aussi a-t-Il suscité dans leurs cœurs une hypocrisie permanente qui doit les accompagner jusqu’au Jour de leur comparution devant Lui, et ce pour avoir violé les promesses qu’ils Lui ont faites et pour avoir débité des mensonges. [78] Ne savent-ils pas que Dieu connaît leurs pensées les plus intimes et leurs entretiens les plus secrets, car pour Dieu il n’y a point de mystère? [79] Certains d’entre eux dénigrent et raillent aussi bien les croyants qui font bénévolement de généreuses aumônes zakât que ceux qui n’en font que selon leurs faibles moyens. Dieu se moquera bien de ces impies et les soumettra à de terribles tourments.
[80] Peu importe que tu demandes à Dieu de leur pardonner ou non ! Jamais Dieu ne leur pardonnera, dusses-tu répéter ta demande soixante-dix fois, car ils ont renié Dieu et Son Prophète, et Dieu ne guide pas les gens pervers.
[81] Ceux qui sont restés dans leurs foyers et qui n’ont pas accompagné le Prophète au combat s’en félicitaient, car il leur répugnait de mettre leurs biens et leurs personnes au service de Dieu, en disant : «Ne vous mettez pas en campagne par ces chaleurs !» Dis-leur : «Le feu de l’Enfer est bien plus ardent encore !» Mais peuvent-ils le comprendre? [82] Qu’ils rient donc un peu, pour le moment ! Un jour viendra où ils verseront des larmes à torrents, en punition de leurs actes.
[83] Si Dieu veut que tu te retrouves un jour parmi un groupe de ces gens-là, et qu’ils te demandent la permission d’aller combattre avec toi, dis-leur : «Jamais plus vous ne partirez au combat avec moi, et jamais plus vous ne combattrez d’ennemis avec moi ! Vous avez été contents de rester chez vous une première fois. Eh bien ! Restez donc avec ceux qui se tiennent à l’arrière !»
[84] Quand l’un d’eux vient à mourir, ne célèbre jamais la prière des morts sur sa dépouille et ne te recueille jamais sur sa tombe ! Ils ont renié Dieu et Son Prophète et ils sont morts en pervers. [85] Que leurs richesses et le nombre de leurs enfants ne t’émerveillent point ! Dieu ne les leur accorde ici-bas que pour leur plus grand tourment et pour qu’ils rendent péniblement l’âme en tant que négateurs.
[86] Lorsqu’une sourate est révélée prescrivant de croire en Dieu et de combattre avec Son Prophète, les plus riches d’entre eux ne songent qu’à se faire dispenser d’aller au combat, en te demandant : «Laisse-nous avec ceux qui se tiennent à l’arrière !»,
[87] acceptant ainsi de rester avec les femmes et les vieillards. Un sceau a été imprimé sur leurs cœurs les rendant incapables de rien comprendre.
[88] Et pendant ce temps, le Prophète et ceux qui ont cru avec lui engageaient dans le combat leurs biens et leurs vies. Voilà ceux qui jouiront de toutes les faveurs ! Voilà ceux qui seront les bienheureux ! [89] Dieu leur a préparé des Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux, où leur séjour sera éternel. Et ce sera pour eux le bonheur sans limites ! [90] Puis vinrent les défaitistes, parmi les bédouins, pour demander d’être dispensés du combat, tandis que ceux qui manquaient de sincérité envers Dieu et Son Prophète s’étaient contentés de rester chez eux. Aussi un terrible châtiment sera-t-il infligé à ceux, parmi eux, qui sont négateurs.
[91] Les faibles, les malades ainsi que ceux qui manquent de moyens pour s’équiper ne sont pas tenus d’aller à la guerre, pourvu qu’ils soient sincères envers Dieu et Son Prophète. On ne doit pas s’en prendre à ceux qui font le bien, car Dieu est Clément et Miséricordieux. [92] Nul reproche n’est à faire non plus à ceux qui sont venus te demander des montures pour aller au combat et qui, lorsque tu leur as dit : «Je ne dispose d’aucune monture à vous donner», s’en allèrent les yeux débordant de larmes et désolés de ne pouvoir en faire eux-mêmes la dépense.
[93] Mais il y a lieu de s’en prendre à ceux qui, quoique riches, te demandent de les dispenser de se battre, acceptant d’être relégués avec les invalides à l’arrière. Dieu a imprimé un sceau sur leurs cœurs les rendant incapables de rien comprendre.
[94] Et ils ne manqueront pas de vous présenter des excuses dès votre retour de la bataille. Dis-leur : «Ne vous excusez pas, car jamais nous ne vous croirons ! Dieu nous a déjà instruits sur votre compte. Dieu et Son Prophète verront vos actes. Puis vous retournerez à Celui qui connaît l’apparent et l’occulte, et qui vous informera de tous vos actes.»
[95] Quand vous serez de retour parmi eux, ils prendront Dieu à témoin de leur loyauté afin d’éviter vos reproches. Détournez-vous de ces êtres immondes dont le dernier refuge sera la Géhenne, pour prix de leurs forfaits. [96] Ils vous adjurent d’accepter leurs excuses. Sachez que si vous les agréez, Dieu n’agréera point les excuses des gens pervers ! [97] Les nomades sont les négateurs les plus endurcis, les hypocrites les plus sournois et les plus enclins à ne pas faire cas des préceptes que Dieu a révélés à Son Prophète. Dieu est Omniscient et Sage. [98] Parmi les nomades, certains considèrent leur contribution comme une corvée et attendent avec impatience les malheurs qui pourraient vous atteindre. Puissent-ils en être victimes eux-mêmes ! Car Dieu est Audient et Omniscient.
[99] Il en est d’autres qui croient en Dieu et au Jour dernier et qui considèrent ce qu’ils dépensent comme un moyen de se rapprocher de Dieu et de bénéficier des prières du Prophète. Certes, c’est là un moyen sûr de se rapprocher de Dieu, et Dieu les admettra dans le sein de Sa miséricorde, car Dieu est Clément et Miséricordieux.
[100] Quant aux émigrés et aux auxiliaires qui ont été les premiers à se joindre au Prophète et à l’accueillir, ainsi que ceux qui les ont suivis dans un élan sincère, Dieu est Satisfait d’eux comme ils seront satisfaits de Ses faveurs, car Il a préparé à leur intention des Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux et où leur séjour sera éternel. Et ce sera pour eux le comble de la félicité.
[101] Il y a parmi les nomades qui vous entourent des hypocrites, et il y en a aussi parmi les habitants de Médine, qui sont passés maîtres dans l’art de la traîtrise. Tu ne les connais pas ; mais Nous, Nous les connaissons. Nous les châtierons doublement. Puis ils seront livrés à un affreux supplice.
[102] D’autres ont reconnu leurs péchés, car ils n’avaient pas su établir la différence entre bonnes actions et mauvaises actions. Ceux-là, Dieu acceptera certes leur repentir. Dieu est, en effet, Plein de clémence et de miséricorde. [103] Prélève une aumône sur leurs biens pour les purifier et les bénir. Prie pour eux, afin que leurs âmes retrouvent leur quiétude. Dieu est Audient et Omniscient. [104] Ne savent-ils pas que Dieu accueille le repentir de Ses serviteurs, qu’Il agrée les aumônes et qu’Il est l’Indulgent et le Miséricordieux? [105] Dis-leur : «Agissez ! Dieu appréciera vos œuvres, ainsi que le Prophète et les croyants. Et quand vous serez ramenés vers Celui qui connaît l’invisible et l’apparent, Il vous renseignera sur ce que vous aurez fait.» [106] D’autres enfin devront attendre la décision du Seigneur qui soit les punira, soit les absoudra. Dieu est Omniscient et Sage.
[107] Il en est qui ont édifié une mosquée par rivalité et par impiété pour semer la discorde entre les croyants et faire de ce lieu le repaire de celui qui, auparavant, avait combattu contre Dieu et Son Prophète. Ce sont ces gens-là qui, aujourd’hui, viennent jurer de toute leur force qu’ils ne voulaient faire que du bien, alors que Dieu est Témoin qu’ils ne racontent que des mensonges ! [108] Ne fréquente jamais une telle mosquée ! Car il en est une autre qui a été fondée dès le premier jour, sur la crainte révérencielle du Seigneur et qui est plus digne de ta présence. On y trouve des hommes qui aiment se purifier, et Dieu aime ceux qui sont propres. [109] Lequel vaut mieux? Celui qui a fondé son édifice sur la piété et l’agrément de Dieu ou celui qui a fondé son édifice sur le bord d’un précipice prêt à s’écrouler en l’emportant dans le feu de la Géhenne? Dieu ne guide jamais les infidèles. [110] La mosquée qu’ils ont édifiée ne cessera d’être pour eux un sujet d’angoisse jusqu’au moment où ils en auront le cœur brisé. Dieu est Omniscient et Sage. [111] En vérité, Dieu a acheté aux croyants leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis, en vue de défendre Sa Cause : tuer et se faire tuer. C’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’Évangile et le Coran. Et qui est plus fidèle à sa promesse que le Seigneur? Réjouissez-vous donc de l’échange que vous avez effectué ! N’est-ce pas que c’est là le comble de la félicité?
[112] Heureux sont ceux qui se repentent à Dieu, L’adorent, Le glorifient, jeûnent, s’inclinent, se prosternent, ordonnent le bien, désavouent le mal et observent les commandements de Dieu ! Annonce cette bonne nouvelle aux croyants ! [113] Il ne sied ni au Prophète ni aux croyants d’implorer le pardon de Dieu en faveur des polythéistes, fussent-ils leurs proches, une fois bien établi que ceux-là sont destinés à être les hôtes de l’Enfer. [114] Et si Abraham avait demandé pardon en faveur de son père, c’est uniquement à cause d’une promesse qu’il lui avait faite jadis. Mais dès qu’il eut la certitude que son père était un ennemi de Dieu, il le désavoua. Et pourtant Abraham était la bonté et la compassion mêmes !
[115] Dieu ne laisse jamais s’égarer un peuple qu’Il avait mis sur la bonne voie, avant de le mettre en garde contre les périls qu’il doit craindre. Dieu a une parfaite connaissance de toute chose. [116] À Dieu appartient le Royaume des Cieux et de la Terre, et c’est Lui qui donne la vie et la mort. Vous n’avez en dehors de Lui ni allié ni protecteur. [117] Dieu a agréé le repentir du Prophète, des émigrés et des auxiliaires qui l’ont suivi aux heures les plus difficiles, alors que plusieurs d’entre eux étaient si près de faillir à leur devoir. Il a agréé leur repentir, en se montrant Bienveillant et Compatissant à leur égard.
[118] Dieu a également accueilli le repentir des trois individus qui étaient restés à l’arrière et à qui la terre, toute vaste qu’elle est, parut se rétrécir autour d’eux, au point qu’ils se sentirent à l’étroit dans leurs propres personnes et qu’ils comprirent enfin qu’il n’y avait pas de refuge contre Dieu qu’en Dieu Lui-même. C’est alors que Dieu revint vers eux pour les amener au repentir, car Dieu est Plein de clémence et de mansuétude.
[119] Ô croyants ! Craignez Dieu et joignez-vous à ceux qui sont véridiques ! [120] Il ne sied pas aux habitants de Médine et aux nomades des alentours d’abandonner le Prophète de Dieu et de préférer leur propre vie à la sienne, car ils n’endureront nulle soif, nulle fatigue ni privation au service de Dieu, n’arracheront aucun terrain à l’ennemi ni ne remporteront aucun succès sur lui sans que cela soit inscrit comme une bonne action à leur actif. Dieu, en effet, ne laisse jamais perdre la récompense de ceux qui font le bien. [121] De même qu’ils ne consentiront aucune dépense, grande ou petite, ne franchiront aucune vallée sans que cela soit inscrit à leur actif, et rétribué par Dieu de la manière la plus généreuse.
[122] Mais il n’est nullement souhaitable que les croyants partent tous en expédition. Il serait bon que, de chaque groupement, un certain nombre d’hommes s’emploient à parfaire leur éducation religieuse, afin d’en faire profiter leurs compagnons après leur retour, et de les amener ainsi à se tenir sur leur garde.
[123] Ô vous qui croyez ! Combattez ceux des infidèles qui vivent dans votre voisinage ! Qu’ils trouvent en vous de rudes combattants ! Sachez que Dieu est toujours avec ceux qui Le craignent ! [124] Lorsqu’une sourate est révélée, il en est parmi les négateurs qui disent : «Duquel d’entre vous cette sourate a renforcé la foi?» Eh bien ! Cette sourate a renforcé la foi des vrais croyants et les a remplis de joie. [125] Quant à ceux dont les cœurs sont malades, elle n’a fait que les rendre plus immondes qu’auparavant, et ils mourront en infidèles. [126] Ne se rendent-ils pas compte qu’on les met à l’épreuve, chaque année, une ou deux fois, sans qu’ils pensent pour autant à se repentir et à méditer ces événements? [127] Quand une sourate est révélée, ils se regardent les uns les autres et se disent : «Quelqu’un vous voit-il?», avant de se dérober furtivement. Dieu détourne ainsi leurs cœurs de la Vérité, car cela dépasse leur entendement. [128] Un Prophète, issu de vous-mêmes, est venu vers vous ! Il compatit à ce que vous endurez et il est plein de sollicitude pour vous, car il est toute bonté et toute compassion pour les croyants ! [129] Mais s’ils persistent dans leur indifférence, dis : «Dieu me suffit ! Il n’y a d’autre divinité que Lui ! C’est en Lui que je place ma confiance. Il est le Maître Souverain du Trône sublime !»







<<< Sourate précédente Revenir en haut Sourate suivante >>>

Traduction par Mohamed Chiadmi. Maison d'édition : Tawhid.

Pour acheter cette version chez Tawhid, cliquez ici. Attention, cette version est en français uniquement, sans le texte en arabe